c'est qui "régis bacher" ?

Ca c'est juste une astuce pour Google, je n'ai pas besoin de reconnaissance au point de parler de moi à la 3ème personne :)

[

]

Pitch court

Ma couleur préférée est le turquoise, je suis convaincu que c'est le besoin de reconnaissance qui dirige le monde et je pense que souvent, c'est mieux en avoir une petite.

Pour le reste, pour faire simple (cf puce 2), j'ai choisi de lister les choses que j'aime

  • mettre en relation des gens

  • simplifier des trucs compliqués

  • réussir à aider des gens

  • créer des choses

  • écrire des articles

  • organiser des event

  • découvrir des choses en premier

  • me sentir libre

  • recevoir de la reconnaissance

  • vivre des émotions

  • manger et boire

  • cuisiner 

  • aller dans des stades

  • jouer à fifa

  • jouer au basket

Vu que ma philosophie du bonheur, c'est passer le plus de temps possible sur les trucs que j'aime, ça vous dit aussi ce que je fais globalement de mes journées.


Et si vous souhaitez en savoir encore plus, il faut lire le pitch long.

Pitch long

J'ai listé ci-dessus les choses que j'aime.


Au cours de mon parcours professionnel, je cherche de plus en plus l'alignement entre ce que j'aime et ce qui me fait gagner ma vie (et qui occupe par extension une bonne partie de mon temps).

 

L'ikigai comme boussole
 

Ceux qui connaissent l'ikigai auront bien évidemment reconnu le principe : rechercher l'alignement entre ce qu'on aime, ce pour quoi on est doué, ce dont le monde a besoin et ce pour quoi les gens sont prêts à payer.

 

Je ne m'estime par exemple pas assez doué en cuisine pour être payé pour ça. Et pour l'instant, personne n'a proposé de me rémunérer pour que je joue à fifa ou au basket toute la journée (pour faire un don, c'est ici). 

 

Si souhaitez parler du principe de l'ikigai, j'adore aider les gens sur ce sujet tellement important. Comme sur d'autres d'ailleurs.

Vous trouverez d'ailleurs toutes mes compétences (ce pour quoi je suis doué) ici.

Bref, pour revenir à mon parcours pro...

 

15 ans dans le conseil, spécialité email marketing

Après une première création d'entreprise dans l’e-commerce alimentaire alsacien, j'ai d'abord fait moi-même de l'audit, du conseil et de la stratégie via Clic et Site, une agence email marketing que j'ai fondé et pilotée pendant 10 ans. Et dont le logo était...bleu turquoise.
J'y ai accompagné des dizaines de clients (Bureau Veritas, Seloger, Afnor, L'Equipe, Carré de l'Habitat, Wurth, Racing Club de Strasbourg, Crédit Agricole Alsace Vosges, Sport Elec, 1jour1vin, Burda...) sur leur stratégie email marketing. Durant cette période j'ai également écrit des centaines d'articles sur l'emailing et donné beaucoup de conférences / formations sur le sujet.

Puis j'ai rejoint le siège de Rivalis (logo bleu, mais foncé), un réseau de 634 Conseillers en pilotage de petites entreprises, pour lequel je me suis occupé pendant 3 ans de cadrer et lancer tous les projets stratégiques.

 

2 tentatives de startup

Fin 2020 (covid effect ?), j'ai en effet décidé de quitter mon post chez Rivalis pour me relancer dans l'entrepreneuriat sur la base d'une idée : ocyto.live, une plateforme de micro-conseil en visio. Je l'ai arrêté pile un an plus tard, faute d'avoir trouvé un modèle économique qui me permette d'en vivre, au moins partiellement. Je raconte toute l'histoire dans plusieurs articles ici.

Dans la foulée j'ai rejoint une startup, Gradius.io, dont l'activité était d'influencer les suggestions proposées par Google quand l'internaute est en train de taper une recherche. Et là ce n'est pas la traction commerciale ni le modèle économique mais la techno qu'on a jamais réussi à stabiliser suffisamment.
Je partage le débrief de cette expérience ici.

Slasheur entre consulting, event, emailing, formation et adjoint au maire

 

Actuellement je partage mon temps entre plusieurs activités que je vous invite à découvrir ici.

Vous y retrouverez évidemment beaucoup d'ingrédients de "trucs que j'aime faire".

Dans ce mix, certaines activités sont rémunérées et d'autres en mode bénévole. 

Je suis plus que jamais en mode slasheur. Au-delà de la diversité des projets et revenus, c'est surtout la liberté organisationnelle que ça procure qui me plaît. En hiver, je peux par exemple jouer au basket quand il fait jour (et doux) et de travailler au chaud sous mon plaid quand il fait nuit (et froid).

Je pense d'ailleurs que ce côté slasheur va s'accentuer : j'aimerais en effet exhumer certains vieux projets que j'ai laissé dans les cartons, tout en restant à l'écoute des nouveaux qui me feront vibrer.

Pour aller plus loin