Est-ce qu'il me faut des sous ?

Dernière mise à jour : juin 27


En fait, pour être exact, la question ne s'est pas réellement posée comme cela.

Une fois que je savais peu près par où commencer, la question de base que je me suis posée c'était plutôt comment je fais pour développer une première version de ce que j'ai en tête ?


Et selon la réponse que j'allais donner à cette question (cousin qui fait gratos, grosse agence, freelance, alternant dev, CTO associé), bah la question des sous devenait plus ou moins urgente et volumineuse. J'ai donc commencé par traité cette question de qui fait le dev pour obtenir la réponse à combien et quand il faut de l'argent.

Je parlerai de ce choix de la méthode de dev dans mon prochain article. Toujours est-il qu'une fois que j'avais mis mon Business Plan à jour avec cette variable, je savais que oui, il me faudrait des sous, mais d'ici environ 2-3 mois seulement.


Du coup j'ai réfléchi aux différentes options en échangeant avec quelques contacts que j'avais dans ce milieu du "financement" (un grand merci à eux pour leur temps !). J'avais en gros besoin de comprendre comment ça marche en général, histoire de me servir de cette connaissance pour créer mon propre chemin. Pour trouver des sous pour un projet naissant comme ocyto, j'ai identifié 3 grosses sources.

  • l'argent public (subvention, aide...)

  • l'argent privé (investisseurs, banques, amis)

  • et mon argent


Pas de sémia


La première, l'argent public je l'ai peut-être trop rapidement creusée pendant l'été en envoyant un dossier pour candidater au Sémia (l'incubateur de la région). J'ai mis le mot trop car trop tôt, c'est en substance ce que le Sémia m'a répondu. Et trop vite, c'est la manière dont j'ai je pense rempli le dossier, cet été, au camping entre 2 verres de rosé, quand mes filles étaient au dodo.


Néanmoins mon optimisme me fait dire que ce refus a pu être bénéfique dans mon cheminement de pensée en écartant un choix d'option, au moins pour le démarrage. D’autant plus que quelque part au fond de moi, cette option me faisait un peu peur. Vu ce que j'avais compris du parcours du Sémia, il allait a priori s'écouler autour de 6 mois avant que je puisse penser à payer du dev avec la fameuse aide. Et comme vous le savez si vous avez lu mes autres articles, une de mes obsessions c'est de perdre le moins de temps possible. J'avais envie d'avancer et de commencer à développer un MVP dès aujourd'hui.


Pour finir sur le sujet du financement publique, il est important également de noter qu'un financeur public, j'ai déjà aussi la chance d'en avoir un en soutien pour cette aventure. C'est même le plus gros financeur d'entrepreneur du pays => pôle-emploi. Néanmoins, j'ai choisi de l'utiliser pour me garantir une sécurité de rentré d'argent minimum à long terme et donc ça ne règle pas le souci des sous qu'il me faut dans mon BP pour développer et lancer ocyto.


Il me restait donc les deux autres options de ma liste : l'argent privé des autres et mon argent à moi.


Pas d'investisseurs non plus


Pendant la phase dans laquelle j'ai parlé de mon projet à beaucoup de gens j'ai eu la chance d'avoir des gens (investisseurs ?) qui ont trouvé le projet séduisant et qui m'ont proposé de m'aider financièrement dès le démarrage. Cette option a donc longtemps tenu la corde car elle cumulait les avantages de pouvoir aller relativement vite tout ne prenant pas trop de risques financiers de mon côté.


Néanmoins, au fur et à mesure de ma réflexion, j'ai choisi au final de me passer de cet argent externe et partir sur l'option 3 : financer le démarrage d'ocyto avec mon argent. Et voici pourquoi :

  • (dé)montrer que je crois en mon projet

  • gagner encore plus de temps car c'est la solution la plus simple à mettre en oeuvre.

  • être encore plus vigilant sur mes choix d'utilisation de l'argent

  • la structure du projet n'est pas trop gourmande en cash sur les 6 premiers mois

  • j'ai un tempérament profondément indépendant

Je ne saurai pas dire si c'est la "bonne décision" pour mon projet. Par contre ce que je sais dire c'est que j'ai pris le temps d'y réfléchir. Et qu'avec les éléments que j'avais dans l'équation, j'ai pris la meilleure décision possible pour donner les meilleures chances à ma plateforme de micro-consutlting.


Et je sais aussi que d'ici 2-3 mois, ce sujet reviendra sur la table. Il sera alors là de nouveau temps de trouver des solutions : investissement privé, banque, crowfunding, back to Sémia, BPI, on verra d'ici là. Pour l'instant au (vrai) boulot !

biere.jpg

Ce contenu vous a été utile ? 

Vous pouvez vous inscrire à ma newsletter pour être sûr de n'en rater aucun
et/ou m'encourager en me payant une bière virtuelle ici.