Tout savoir sur ma méthode de prise de décision unique au monde

Mis à jour : juin 27


Cette après-midi, j'avais envie de vous partager une méthode que je suis peut-être le seul au monde à utiliser. Cette méthode me permet de finir de m'auto-convaincre quand je suis sur le point de prendre une décision. La voici en live depuis mon centre des opérations.

Il y a en fait 3 étapes quand je suis sur le point de valider une décision.

  1. Je file devant mon garage avec ma balle de basket.

  2. Je fais quelques shoots.

  3. Si ça rentre facile c'est signe que la décision est bonne.

Attention, l'idée n'est pas de dire qu'il faut prendre des décisions en se remettant au hasard d'un shoot qui rentre ou pas l'idée. Mon point est plutôt de dire que quand les shoots rentrent facile, sans forcer, c'est signe que je suis bien dans mes baskets. Ou autrement dit que je suis serein et que mon esprit est à l'aise avec la décision que je suis sur le point de prendre.

C'est une histoire de feeling, un truc pas forcément mesurable. Je fais en effet souvent de petites séances de tirs devant mon garage pour m'aérer l'esprit. J'ai remarqué qu'il y a certains jours où tout rentre, sans forcer. Des jours où j'ai l'impression d'être inarretable, de marcher sur l'eau. D'autres jours, j'ai beau shooter, de près, de loin, je sens que je force mes tirs. Et évidemment rien ne rentre.


Pourtant je fais à peu près le même geste, je tire du même endroit sur le même panier avec la même balle. Le seul paramètre qui change en fait, c'est mon état d'esprit. Plus je suis serein, plus ça rentre facile.


Je me sers donc souvent de mon panier de basket pour évaluer mon degré de sérénité avec une décision. Et parfois je la remets même en question si je sens que je ne suis pas à l'aise avec la décision que je viens de prendre.

Note importante : quand je joue au basket, il faut donc bien comprendre que je traaaaavaillle !


Du coup je vais faire un crowfounding


J'ai en fait repensé à ça hier. Ca fait en effet quelques jours que je réfléchis à l'opportunité de faire une campagne de financement participatif pour ocyto.live.


J'avais beau tourner la problématique dans tous les sens à grands coups de posts demandant des avis sur mes réseaux sociaux ou de lectures. Il y avait un truc qui m'embêtait. Un truc qui me paraîssait pas logique dans le principe des contreparties. Et du coup je n'arrivais pas à me convaincre de lancer un financement participatif pour ocyto.


Jusqu'à ce que je comprenne qu'il faut en fait faire 2 trucs différents

  • Un crowfounding avant le lancement pour générer des ventes ou des dons.

  • Un crowinvesting quelques mois après le lancement pour trouver des micro-investisseurs.

Dans l'intervalle j'ai également trouvé aussi une idée de contrepartie cohérente qui me paraît pas faire trop bullshit façon calendrier de La Poste avec les chatons.


Une fois que je m'étais noté tout celà dans ma to do, je suis donc allé faire quelques shoots, l'esprit serein. Et évidemment, tout est rentré Comme papa dans maman, comme le dit si joliment un pote basketteur.


biere.jpg

Ce contenu vous a été utile ? 

Vous pouvez vous inscrire à ma newsletter pour être sûr de n'en rater aucun
et/ou m'encourager en me payant une bière virtuelle ici.