J'ai écouté Père riche Père pauvre : mon résumé

Dernière mise à jour : sept. 1



Lors de mon récent voyage de déconnexion et d'ouverture d'esprit en solo dans le sud, un ami m'a parlé de ce livre. Il m'a dit qu'il avait changé beaucoup de choses dans sa vie (oh purée, en relisant je me rends compte à quel point cette phrase fait mini gouru). Je l'ai donc téléchargé sur Audible et écouté pendant les 8h de notre trajet d'hier en voiture (vers l'ouest ce coup-ci !)




Verdict : je ne sais pas encore si ça va changer ma vie, mais j'ai retenu pas mal de choses très intéressantes que j'avais envie me noter quelque part pour ne pas oublier (ici donc) et en profiter pour vous les partager.


Voici les points que j'ai retenus


C'est quoi être riche ?

Au début du livre l'auteur cite une définition de la richesse que je partage : Ce n'est pas l'accumulation de biens mais combien de temps on peut tenir sans travailler.


Je me suis posé une question assez similaire il y a quelques temps, quand j'ai compris que la recette du bonheur est assez simple en fait : il suffit de passer le plus de temps possible sur ce qu'on aime faire. Et du coup je me suis demandé comment, concrètement, arriver à passer 100% de son temps sur des trucs qu'on aime faire.

J'ai identifié 2 chemins pour y arriver

  1. Faire une ou plusieurs activités rémunérées où j’aime 100% des choses que je fais

  2. Construire des revenus récurrents qui m’assurent une liberté financière et donc la liberté de choisir de faire que des choses que j’aime (rémunérés ou non)

C'est exactement de ce second point dont traite le livre Père riche Père pauvre. Et comme j'ai déjà bien exploré la piste 1 sur cette mon 2021, ce livre vient à point nommé pour m'accompagner dans d'exploration de la piste 2 explorer. Le postulat du livre étant simple. Si tu veux être riche, il ne faut pas travailler pour l'argent (salaire ou prestation de service) mais faire travailler l'argent pour toi.


Se former à l'intelligence financière

Un des premières recommandations de Robert Kiyosaki que je vais essayer de mettre en oeuvre, c'est de m'autoformer aux bases de la finance et de l'investissement. Car si on veut essayer de faire travailler l'argent pour soit, il faut déjà bien comprendre comment marche ce monde de l'argent et de l'investissement. Et comme ça parait compliqué et que ce n'est pas une matière qu'on apprend à l'école, c'est une première barrière à l'entrée que peu de gens prennent le temps de franchir.


Ouvrir une SASU à la place de mon autoentreprise

En écoutant le livre je me suis rappelé une différence fondamentale de traitement entre le salariat et l'entreprise en terme d'imposition.

Quand on est salarié (ou autoentrepreneur), on travaille, on gagne de l'argent, on paye des impôts puis avec le reste on dépense ce qui reste.

Quand on a une entreprise le schéma est le suivant : on travaille, on gagne de l'argent, on en dépense le plus possible (tout en restant dans la légalité) puis seulement sur le reste on paye des impôts.


Les profits se font à l'achat

Même s'il s'est au fur et à mesure diversifié, Robert Kiyosaki a bâti sa fortune essentiellement sur de l'achat / revente de bien immobilier. Le conseil que je retiendrais de sa part c'est qu'on ne gagne pas de l'argent en revendant plus cher que les autres mais en achetant moins cher qu'eux. J'en parle d'ailleurs un peu ici dans mon blog sur le besoin de reconnaissance.

Multicompétences

Dans Père riche, Père pauvre, l'auteur part du principe que pour être un bon entrepreneur (ou investisseur) il faut surtout bien utiliser son principal actif, son cerveau. Il dit que pour lui, il vaut mieux s'y connaître un petit peu dans beaucoup de domaines plutôt que d'être hyper spécialisé dans un seul. Cette capacité à être multicompétent permet en effet de détecter des opportunités que les autres ne voient pas forcément, justement en faisant le lien entre différentes compétences. Celle qui sont clés étant pour lui la vente, le juridique ou la compta. Ca m'a clairement fait penser à un truc que j'ai compris chez Rivalis: l'entrepreneur qui se plante ne se plante pas parce que ce n'est pas un bon maçon / cuisinier / garagiste. Il se plante car il ne sait pas vendre son produit ou gérer une boîte.

Dans un monde qui s'accélère dans lequel il faut s'adapter et saisir des opportunités en continu, le multicompétences me paraît effectivement être un bon choix. Je l'ai d'ailleurs fait depuis quelques mois en assumant de slasher entre des projets très différents.


Travailler pour apprendre

Quand on parle de compétences on parle forcément d'apprentissage. Le dernier point que j'ai retenu de la part de l'auteur (qui n'a visiblement pas une grande confiance dans notre système éducatif), c'est qu'il a construit son début de carrière non pas pour l'argent mais pour apprendre les choses qui lui paraissaient importantes pour le plan qu'il avait en tête pour la suite. Il a commencé par travailler dans un service de compta, puis dans l'armée pour savoir manager puis chez Xerox pour apprendre la vente.


Bref un livre qui donne plein de pistes à creuser sur un sujet important et sûrement parfois trop tabou.

Prévisionnel de vie


Je suis vraiment content d'avoir pris le temps de lire ce livre car il va dans le sens d'une réflexion que j'ai initié il y a 2 ans maintenant. De la même façon que pour une entreprise, je m'étais en effet pris un peu de temps pour faire une prévisionnel de vie dans un tableau excel. Je l'ai basé sur mon historique réel de revenus et dépenses de 3 ans en arrière pour avoir une donnée fiable. Mais j'ai surtout (c'est le but d'un prévisionnel) fait une projection sur les années à venir, notamment côté dépenses en intégrant des projets que j'ai envie de faire.


Tout l'enjeu étant de pouvoir faire des simulations et voir dans quels cas les lignes de revenu couvrent bien les dépenses.

J'ai très vite constaté ma dépendance (dangereuse ?) à un salaire unique. Et vu qu'une des variables que je voulais éventuellement pouvoir ajuster à la baisse si besoin c'est mon temps de travail, j'avais commencé à réfléchir à comment diversifier intelligemment mes sources de revenu. Du coup ce livre tombe vraiment à pic. D'ailleurs si jamais vous avez envie d'essayer de vous monter un prévisionnel de vie sachez que j'ai adoré l'exercice. Intéressant autant au niveau compréhension des chiffres que réflexion plus large sur son métier et son rapport à la vie. Donc n'hésitez pas à m'en parler, je peux essayer de vous aider (sans modèle éco juste parce que je pense que ça peut être utile)



biere.jpg

Ce contenu vous a été utile ? 

Vous pouvez vous inscrire à ma newsletter pour être sûr de n'en rater aucun
et/ou m'encourager en me payant une bière virtuelle ici.